mardi 15 mai 2018

Éducation partielle, esprit divisé

On ne nous dit jamais écoute toi, écoute les autres,
prend le temps de vivre, d'être heureux...

– Virevolte

Est-ce dangereux de s’écouter ?
On pourrait le croire, non ?
Peut-être que, en s’écoutant,
on concentre de l’hydrogène et boum, implosion ?

Peut-être que, en s’écoutant, on risque de devenir un terroriste ?
(Pour la définition fourre-tout, vague et fluctuante, de « terroriste »,
veuillez vous adresser au sinistre ministre de l’Intérieur.
Tiens…, bizarre…, « de l’Intérieur » : extérieur à la F. et intérieur,
comme monde extérieur à soi et monde intérieur, en soi-même. Tiens… ?)

Quiconque de normalement constitué et éduqué devient « responsable »,
dès ses 18 ans d’âge. Pénalement responsable.
Sans avoir appris à se connaître ni à s’écouter, peut-on être responsable ?
Responsable sans conseil ni soutien de ses parents,
sans spécialiste ni avocat ni thérapeute ni coach ?

De mon expérience de vie,
on ne devient vraiment responsable de ses actes
que du moment où l’on se connaît un tant soit peu*,
que du moment où l’on apprend à « marcher sa parole »,
que du moment où l’on développe un esprit critique objectif,
que du moment où l’on devient capable de discernement,
que du moment où l’on écoute sa conscience.

Mais, au fait, comment se relier à la conscience sans s’écouter ?

… ?

Peut-on être heureux sans s’écouter ?

Peut-on être heureux en faisant comme nous le suggère un système type,
un programme ou une application, reposant sur des calculs ?

Est-ce de trouver sa place dans le Système qui rendrait heureux ?
Ce qui implique l’obéissance aveugle et, surtout,
ce qui rend le Système responsable de nos existences.
… ?
Mais alors, on est responsable de quoi au juste, dès 18 ans ?
De payer des amendes pour excès de vitesse et d’alcool.
De payer des impôts, des frais bancaires, des assurances…

La parole à John Lilly, qui aborde la déficience de notre esprit,
ce que les sciences rationnelles ont amplifié depuis l’industrialisation.
Entretien noté et diffusé par P. Van Eersel :
Plus Lilly a avancé, plus l’a frappé le fait que nous, Occidentaux,
n’éduquons plus nos enfants qu’à moitié,
ne leur prodiguant d’informations que sur le monde extérieur
– l’intérieur étant carrément laissé en friche,
pour la bonne raison que nous n’y connaissons rien nous-mêmes.
 
Voilà six à sept siècles que les « yogis chrétiens » ont commencé à disparaître,
aspirés par le mental gothique, hachés menu par l’Inquisition
puis sécularisés par le Protestantisme.
Aujourd’hui, nous nous reposons entièrement
sur des spécialistes étrangers à toute recherche spirituelle.
(…) les psychologues spiritualistes, transpersonnels, jungiens,
appelez-les comme vous voulez, ont encore de sévères batailles à mener,
face à des pressions sociales fortes et, assurément, d’une violence extrême.

Le Système ne veut pas que les individus s’occupent de leur monde intérieur.

Le Système nous veut travailleurs à l’extérieur et morts à l’intérieur ;
et, pour tenir le coup, consommateurs de la médecine pharmaceutique.

L’État craint que l’on se reconnecte au vivant, à l’essence de toute chose.
L’État a peur du Lien unissant les êtres sentients.

Le Lien échappe complètement au contrôle du Système.
Impossible à calculer ce qui nous relie, encore moins à rentabiliser,
contrairement à l’e-connexion par Internet et la téléphonie mobile.
Comment contrôler et manipuler quelque chose d’intangible ?

Relevons que le Système, l’État, sont tout autant intangibles,
puisque ce sont des notions absolument abstraites.
Ni le Système ni l’État ni l'intelligence artificielle ne savent ce que c’est que d’être vivant,
d’éprouver, de ressentir, de souffrir, de rire, de respecter (soi et autrui), d’aimer…
Comment le Système peut-il comprendre la vie émotionnelle des humains ?
Par des équations, des théories et des statistiques ?

(...) Mais cela se dit comment, l'amour, en langue mathématique ?
Jacques Mayol

_____________________________

Note

* Se connaître est le chemin de toute l’existence,
mais, dès 18 ans, on devrait savoir au moins ce que l’on n’est pas,
ce que l’on n’aime pas, les idées et croyances qui ne nous conviennent pas,
quelles sont nos valeurs, etc., ainsi que vers quoi on se dirige
(même si l’élan risque de changer en cours de route).


____________________________________

10 commentaires:

  1. Waouh ! tu me cites ! Bon tu as répondu à la question que ma phrase te posait !
    pourquoi ne nus dit-on pas de s'écouter, d'écouter les autres, de prendre le temps de vivre et d'être heureux ? Mais parce que tout ça va à l'encontre du système. Si on commence à prendre le temps on réfléchit et si on réfléchit on va vite comprendre que le système se mord la queue et que seule une minorité profite du système établi. Si on réfléchit trop et qu'on commence à s'écouter et écouter les autres on va comprendre que ce qu'on nous a asséné pendant des décennies n'est pas la vérité, qu'on pourrait vivre autrement si une minorité ne voulait pas conserver ses privilèges. la religion nous bourre moins le crâne qu'avant mais elle a été remplacée par les pubs du système qui veut nous faire croire que si on ne paye pas , si on ne travaille pas, si on n'obéit pas nous sommes perdus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dingue, je pensais à ce que tu as écrit, Vi !
      ;)
      Si nous comprenons cela, pourquoi ne sortons-nous pas, tous, dans la rue ?
      Je dis bien "sortir", c'est tout. Mais au lieu de 10'000 manifestants, j'sais pas, 10'000'000 de personnes dehors à dire "STOP" ?
      Nous sommes au moins 70 millions de français.
      Rhâaaa

      Merci Vi, c'est parfaitement résumé.

      Supprimer
    2. Si on ne sort pas dans la rue à 10'000'000, c'est parce que le système nous a bien englué, on a tous des loyers à payer, des crédits à rembourser, des impots à payer alors on continue à travailler, à payer et à se faire avoir, parce qu'on ne sait pas comment s'en sortir même si on sait qu'on devrait se sortir de là et vite ! Seule solution, ne pas entrer dans le système, sauf qu'on y entre dès notre naissance ! :(

      Supprimer
    3. Ouais, englués dans la boue. Et les shadoks s'enfonçaient,
      s'enfonçaient, toujours plus vite,
      alors ils pédalaient davantage, pédalaient...

      Supprimer
  2. Le but de la vie c'est avoir une belle bagnole, une belle maison, un beau métier, une belle religion, une belle p**e, Une belle éducation quoi, un beau compte en banque de beau adbos ,je vous laisse sur ses belles chose, il'y en a tout un système
    Au jour d’aujourd’hui le système demande trop, cependant, c'est ce système qui est malade. Le système est riche, il est riche pour qu'une dizaine de personne sur terre qui on toute la tune, donc ils formatent comme ils veulent, d’ailleurs les politicien (pas que français) on fait leur étude dans les même école, mais le système fonctionne bien malgré leur histoire ils se prennent la tête entre eux...
    Que faire, cela fait depuis le début de l'histoire que les hommes se pourrissent entre eux...
    Encore une fois sujet vaste ou tous on le droit de se posé la question, pour faire simple éteins tes infos télévisuelles et regarde comment l'humanité est.. Ne plus croire a esclavage moderne ou traditionnel, cela ne change et ne pose aucun soucis au système
    https://www.youtube.com/watch?v=2A3qcy5qfZo
    Salut :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce "le but de la vie" ou le but du Système (d'avoir une belle bagnole, etc.) ?

      "Aujourd'hui le système demande trop" : oui, "ils" en ont jamais assez,
      et "ils" ont dépassé la limite du supportable. "Ils" exagèrent...

      Merci Cres, lucide ton intervention.
      A +, j'vais écouter la muse (sur quoi vais-tomber ?)
      ;) ♫ ♪

      Supprimer
  3. Je pense que la vie est en "éducation" par le système, donc la vie se fait manger par le système lol
    Non, j'ai essayer de ne plus avoir de faute d’orthographe mais c'est une "coquille" même si je pense que le système bouffe tous ce qu'il touche...
    Bonne journée :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est excellent ce que tu décris "la vie en éducation par le système".
      Ouch, ça fait peur, y réfléchir, sous peine de cauchemarder sous peu...
      Oui, le Système bouffe tout, surtout, l'indomptable vivant.

      (On s'en fiche des fautes d'ortho, l'important est ce que l'on exprime,
      le contenu ou fond, plutôt que le contenant et la forme)
      Bip-bip journée, Cres ;))

      ++ (J'me disais tout à l'h : le Système devrait servir l'humain,
      or ce sont les humains qui servent le Système ! Voilà ce qui représente un grand danger, une menace inouïe...)

      Supprimer
  4. Eric,
    Totalment raccord. Le rayon "développement personnel" en librairie n'a jamais été aussi développé, parce qu'il est devenu un marché.
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, et aussi parce que bcp sont angoissés, alors on cherche,
      cherche, des solutions miracles, des remèdes fabuleux,
      des techniques pour rester positifs, souriants et détendus,
      bref pour nous permettre de supporter l'insupportable...
      A + Thierry

      Supprimer