mercredi 19 septembre 2018

Bilan 2018

Faire le point après une semaine de recul.

Sur EB (ancienne plateforme où Souffle de songe a "éclos"),
j’avais effectué un bilan suite à une vingtaine d’années d’utilisation d’Internet ;
il en ressortait que seule la blogosphère me plaît et me stimule à l'utiliser.
Pour le reste, grosse déception concernant ce que devient le Net.

Aujourd’hui, je dois reconnaître que je commence à saturer.

Je ne comprends pas les motivations et attraits des gens (en société), ni des internautes.
Lorsque je tenais le blog Tarot-ressource (mon premier blog, didactique, tué par les publicités),
je ressentais le désagréable sentiment que le public venait uniquement pour consommer…
De façon générale, j’ai l’impression que les internautes cherchent de la distraction.
Je ne comprends pas, par exemple, le peu d’intérêt pour la rubrique « initiation »
(où se trouvent des extraits de l’enseignement de G. I. Gurdjieff).
Comment saisir le peu d’intérêt pour ce qui permet d’avancer,
d’évoluer vraiment, de croître (mais pas en PIB, zut alors) ?
Est-ce dû au fait qu'il faille fournir quelques efforts
(pour assimiler l'enseignement,
puis le mettre en pratique en l'intégrant à notre quotidien) ?

Ne donnez point les choses saintes aux chiens ;
ne jetez pas non plus vos perles devant les pourceaux,
de peur qu’ils ne les foulent aux pieds (…)

‒ St Matthieu


Les gens font comme s'ils avaient tout compris et expérimenté,
comme s'ils se situaient au sommet de l'évolution,
comme si tout allait plutôt bien ;
et ce, même dans la blogosphère,
au point que je nous sens « en marche » (osé-je écrire).
Pourtant, au quotidien et dans les faits, nous régressons ;
et autant les incessants contrôles énervants
que les contraintes de plus en plus nombreuses
ne cessent de nous pourrir l'existence, en nous bouffant notre temps.
Exemple : j’ai passé la journée du 17 septembre dans les trains,
or maintenant, pour rejoindre les quais, il faut scanner le billet
et, comme ils affichent le quai au dernier moment,
nous nous retrouvons à devoir faire la queue devant les portes d’accès au quai.
Et "tout le monde" de trouver ça normal, peut-être rassurant (?), comme allant de soi
(alors que c’est nouveau, cette nouvelle contrainte).
Pour parler le langage « in » si vil :
à chaque nouveaux interdits et contraintes,
nous nous mettons à jour, vite, pour ne pas avoir de problème,
mais pour le reste...


Revenons à la blogosphère.
Mes questions du moment :

- Qu’est-ce qui intéressent les blogueurs et leurs visiteurs ?
Une soi-disant culture ? Se confirmer ô combien on est cultivé ?
(Questions ne concernant pas les collages percutants de Tmore)
D'espérer recevoir de complaisants retours et flatteries ?
De s’écrire des gentillesses et des compliments ?




- Noue-t-on vraiment des e-liens sur le Net ?
Je veux dire : peut-on parler de communication,
d'interactions enrichissantes pour toutes les parties ?
J’ai tendance à penser que oui, avec certains pour le moins.
Exemples :
Virevolte, avec qui j'entretiens une e-relation depuis environ quatre ans,
qui réagit spontanément, sans fioriture superflue, lorsqu'elle a quelque chose à relever ;
et Cres qui écrit comme il pense, et semble réfléchir au texte lu puisque
à chaque fois qu’il laisse un morceau de musique, c'est en résonance avec la publication.

- Que ce soit dans nos existences comme dans la blogosphère :
que partageons-nous ?

Que devenons-nous ?

Vers quoi, où, nous dirigeons-nous ?

__________________________________________________________

PS : je n’ai pris aucune décision concernant la suite dans la blogosphère,
c’est juste un besoin d’exprimer mon ressenti du moment, en faisant ce bilan.
Donc merci de ne pas intervenir pour me renvoyer des sensibleries sentimentales.


_______________________________________________