vendredi 11 mai 2018

Échelons descendants ou ascendants, choix

- Que c’est difficile de ne-pas-agir, Dromi,
tu sais, ne pas faire pour faire, ni pour se fuir,
ni pour éviter de se confronter à ses sentiments,
à ses blessures affectives, à ses zones d’ombre,
ou encore, à la peur de l’ennui, du rejet social, de la solitude, etc.

- Blll, ah ah ah, blll, les humains sont des agités du bocal,
c’est ce qui les rend hyperactifs, à en détruire l’environnement nourricier.
Observe-toi et tu remarqueras. Tu dépenses de l’énergie pour rien,
constamment, sauf quand tu dors,
et ce, pour satisfaire à des auto-stimuli pensés, inculqués, imités, induits.
Vous, les humains, nommez ces auto-stimuli :
soucis, préoccupations, prévisions, calcul de rentabilité, probabilités, statistiques…
Vous faites plein de choses inutiles, démesurées, vaines,
et irrespectueuses de la vie des autres êtres sentients.
Les humains se croient supérieurs, en haut de l’échelle de l’évolution,
alors qu’ils s’agitent comme des babouins attaqués par une nuée de guêpes,
en répondant impulsivement, bêtement, à tout stimuli sensoriels.
Et que font ceux qui vous dirigent, vos "supérieurs" ?

- Ils bouffent, boivent de l'alcool, sniffent de la coke ou du speed,
et ils baisent des putes de luxe, souvent jeunes, parfois pré-pubères.
Entre-deux, ils discutent et théorisent
notamment sur le comment enrayer le phénomène de la prostitution !
… ?
Ouais, t’as raison, Dromi. L’humain vit son existence dans sa propre merde.
Il croit que l’argent, des titres et des savoirs l’élèvent au-dessus de la boue,
mais c’est exactement le contraire qui se passe :
la pyramide s’enfonce dans le royaume des métaux.
Le Roi-$oleil règne sur un immense champ d’étrons malodorants.

- Blllll

- Je commence à comprendre pourquoi il vaut mieux ne-pas-faire.

- Ce que les humains ne saisissent pas
c’est que la pyramide qui élève, vraiment,
repose sur le développement de la conscience.
Sans conscience, vous barbotez dans la gadoue.
Avec un peu de conscience, vous alternez entre souffrances et jouissances,
bonnes idées et déviances, sentiments bienveillants et haine,
en levant un peu la tête de temps-en-temps,
et en ressentant un inextinguible besoin d’être guidé pour sortir de la boue,
c’est-à-dire que vous avez besoin d'une béquille pour pouvoir avancer un tant soit peu.
Et le pire, dans cette situation délirante, c’est que vous enfermez,
maltraitez ou méprisez, les plus sensibles d’entre vous ;
en les plaçant en hôpital psychiatrique, par exemple.

- Une pyramide qui s’enfonce dans la terre, en enfer,
et une pyramide qui élève vers le ciel, le Tao, la Voie.
Deux triangles qui s’interpénètrent, comme l’illustre le sceau de Salomon.

- Bllll. Nombre d’animaux vous sont supérieurs, dans la pyramide de la conscience.
Mais les animaux disparaissent, anéantis par vos tueries, la pollution,
la chasse distractive ou rentable, et vos autres innombrables excès.

- Comment ne-pas-faire, Dromi ?
Je ne puis m’en empêcher, de m’agiter, de m’activer.
Et lorsque je reste peinard, j’y pense, m’ennuie ou culpabilise,
en me répétant « que faire ? »

- Porte un maximum d’attention à tes relations :
relation à toi-même, à ta respiration, à ce que tu fais,
et à ta relation aux autres, à l’environnement, aux plantes, etc.
Plus tu es dans l’instant avec attention, moins tu t’agites.
Autour de toi, apprends à laisser-faire.
Le laisser-faire permet l’observation.
Dès que tu interviens ou que tu entreprends quelque chose, tu n’es plus en état d’observation,
mais immergé dans la situation, en état d’attente de résultat ou de satisfaction ou de jouissance.

- Mmmh, oui, c’est ça.
Je t’aime Dromi.

- Bll💜ll
Les mots sont inutiles, puisque je ressens ton attention en ce moment.
Blllllll💜lll

_________________________________________________

En images, la pyramide du pouvoir qu’on nous fait croire être l’unique mode de vie possible,
la seule voie à suivre, l’unique moyen pour soi-disant progresser et évoluer,
la voie de la réussite dite sociale, intellectuelle et prestigieuse :


Plus on monte, plus on descend ; plus on s’élève, plus on s’abaisse.
Dans les faits, hors brume, leurres et illusions, cette pyramide se présente ainsi :



En opposition, l’ombre de cette pyramide peut être représentée de la sorte :


Au fond, dans chaque cœur, la tension originelle, le conflit intérieur,
se présente comme suit :



Le choix fondamental déterminant notre destinée,
dont chacun a la responsabilité, quel que soit son passé,
se présente ainsi (l’importance vitale de ce choix attire un ange,
et, selon la décision prise, l’ange décoche la flèche ou non) :



Un état d’esprit équilibré devient ceci :


_____________________________

6 commentaires:

  1. Je suis d'accord mais je te renvoie a ton texte (excellent je trouve)
    "Ouais, t’as raison, Dromi. L’humain vit son existence dans sa propre merde.
    Il croit que l’argent, des titres et des savoirs l’élèvent au-dessus de la boue,
    mais c’est exactement le contraire qui se passe :
    la pyramide s’enfonce dans le royaume des métaux.
    Au royaume des aveugles les moutons sont rois !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bèèè oui.
      Joli, cette maxime trouve bien sa place ici.
      Merci Cres, à +

      Supprimer
  2. Oui, une pyramide inversée qui n'a aucun mal à s'enfoncer depuis qu'on nous assène irrémédiablement les mêmes "vérités", "vérités" qui n'en sont que pour ceux qui détiennent le pouvoir, ceux qui prennent et ne donnent jamais. travaillez bien à l'école, pour avoir un bon métier, de l'argent et de la réussite... On ne nous dit jamais écoute toi, écoute les autres, prend le temps de vivre, d'être heureux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, des "vérités" plus vraies que vraies !
      "Ceux qui prennent et ne donnent jamais" (ça me parle)

      C'est important ce que tu relèves : pourquoi, à quelle fin dissimulée,
      dans quel but on ne nous dit jamais "écoute-toi, etc." ?

      A + Virevolte

      Supprimer
  3. Eric,
    Pire ami de qui ? De nous même ?
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)) (j'aime bien aussi jouer avec les mots)
      Un salut à mon pire ami de la blogosphère

      Supprimer