mardi 2 janvier 2018

Vers une victoire

À la Une du journal de l’Enfer : triomphe probable.

Réjouissons-nous, notre Saigneur jubile.




En ce moment, Shaïtan n’a pas besoin d’intervenir sur Terre
tant les malveillances en tous genres s’y propagent, telle une gangrène.
Les démons et vampires, ses enfants d’âme, sont devenus perfides et puissantissimes
au point d’avoir corrompu la plupart des gouvernements et institutions terrestres.

Néanmoins, il se pourrait qu’Il s’ennuie par manque d’action.
La semaine dernière, le Sein-Chimique confiait au collaborateur d’un journal concurrent :
« Tout devient trop facile sur Terre. Je vais marquer de nombreux points,
et il se pourrait que je gagne la partie du jeu des ré-équilibrations que je mène contre Dieu
».

L’enjeu du jeu des ré-équilibrations est considérable pour le devenir de l’humanité.
Le suspense nous tient en haleine depuis des milliers d’années,
selon l’échelle terrienne du temps.

Il y a peu, notre Mettre-Profond était persuadé que les humains
lui feraient perdre des points en instaurant l’instruction au plus grand nombre
et en développant leurs technologies qu’ils qualifient d’intelligentes,
Mais c’est tout le contraire qui se passe !
Les humains sont de plus en plus abrutis,
et hypnotisés par leurs images et écrans où ils partagent leurs images.
Circuit fermé.
Aliénation.

Maintenant, le mal se propage de lui-même parmi les humains, tel un virus.
Et la confusion se diffuse partout, tel un brouillard épais et poisseux voilant la lumière.

On pourrait penser que notre Paire-Diviseur craigne ses enfants d’âme.
En effet, dans son dernier ouvrage, Il a confié, au sujet de ces derniers :
« Ils sont devenus si cruels et insensibles, imprévisibles,
qu’en leurs présences je me sens mal à l’aise !
Ils me rappellent les plus sombres aspects de moi-même ».
Cette remarque laisse supposer que le Divisé a vraiment changé
et qu’Il désire sincèrement reprendre sa place parmi les anges.

Faisons le point ensemble :
rien ne bouge sur Terre où quelque chose couve,
pendant que la plupart s’active, derrière des masques de normalité,
(c’est ainsi que les humains nomment l’état de conscience
des pré-éveillés se voulant civilisés, intelligents et courtois).
Les humains maintiennent, volontairement,
leurs yeux rivés sur des écrans diffusant un leurre d’ordre
et de « tout va bien, on maîtrise la situation,
il suffit d’édicter de nouvelles lois et interdits,
et d’engager des policiers,
et des policiers qui surveillent les policiers,
et des espions,
et des espions qui épient les espions, etc. »

Le Défonce-Heur rit de bon cœur face à tant de candeurs
mêlées de concupiscences, de cupidités et de vanités.

De tous les organismes vivants dans les différents et innombrables cosmos,
Satan porte une affection toute particulière à ces drôles d’humains-charognards.
Ce dernier a confié à une collègue de notre journal, le 11 Juda de l’Ère sèche :
« Je trouve les humains si lâches mais tant prétentieux,
si malléables, naïfs et influençables,
mais, en même temps, si imprévisibles et retors, sadiques et butés,
qu’ils représentent une sorte de prolongement de ma part d’ombre.
Ces humains me réfléchissent une partie de moi-même,
ce qui me permet d’observer mes erreurs,
celles même qui m’ont valu d’être déchu.
Grâce à eux, je saisis parfaitement mes dysfonctionnements et faiblesses.
Ce qui me plaît, avec les humains, ce n’est pas tant les horreurs et violences
qu’ils retournent contre eux-mêmes et leur environnement, non,
ce qui retient mon attention consiste en l’observation
de l’incongruité de leurs esprits générant tant d’actes insensés et autodestructeurs.
Cela doit provoquer quelques migraines au Seigneur Créateur.
Uh, uh, uh, riait-Il, gras cieux.
Ce qui me plaît en les humains, poursuivit-Il,
c’est à la fois cette docilité aveugle dans laquelle est plongée la majorité d’entre eux
et à la fois ces explosions soudaines de haine provoquant un feu d’enfer et de sang
coulant à flot parmi les innocents. C’est jouissif.
Ce sont toujours les purs qui paient la facture de leurs inconséquences et débilités.
Uh, uh, uh.
J’aime les regarder et être surpris par les revirements de situation dont ils sont capables.
Et je ris de leurs excès en tout genre.
En fait, ils sont et se comportent comme moi, lorsque j’avais 5-6 ans d’âge ».

Je pense, quitte à vous surprendre,
que Belzébuth dissimule un sentiment de respect profond et vibrant
pour les quelques rarissimes humains qui parviennent à éviter ses pièges et manœuvres.




Et Dieu dans tout ça ?

Dieu ne peut pas intervenir directement dans les affaires humaines,
contrairement à notre Saigne-Heur.

En la plupart des humains se trouve le nécessaire, mais en état latent,
pour parvenir à dépasser leurs conditions rendues difficiles par les FOC
(Forces d’Opposition Complémentaires agissant dans l’univers).
Comme chacun le sait, Elohim représente la Force destructrice,
mais les humains le vénèrent en tant que représentant de la Force d’évolution !
Un quiproquo qui s’avère des plus favorables et profitables au diable.

Pour une raison obscure, que Le Bon ne comprend pas encore,
les humains finissent toujours par sombrer dans la folie des excès,
irrémédiablement attirés qu’ils sont par une seule des Forces,
qu’ils qualifient à tort de « positive » ou d’« optimiste ».
C’est pour rendre grâce à cette Force qu’ils propagent la non-violence.

Ils sont peu nombreux à reconnaître la FC (Force Conciliatrice),
et encore moins à considérer les FOC dans leur ensemble.

Les humains ont cette détestable manie de privilégier le pire en eux
au détriment de leur propre part divine.
Et ils se jugent, eux-mêmes, gentils !

Ils adorent des personnalités dépourvues de talent et/ou de sens moral,
qui sniffent plein de cocaïne achetée avec l’argent volé à leurs fans,
en buvant plein d’alcool et en baisant leurs femmes.
Ces fanatiques écervelés vont jusqu’à leur sacrifier leurs propres enfants !

Scoop inédit et exclusif :
ils vont injecter onze (nombre sacrilège) maladies à leurs nouveau-nés !
Et ce, afin d’enrichir ceux qui ont déjà excessivement,
ceux même qui ravagent leur planète !

Ah, sacrés humains, à force d’humer les anus…

Parviendront-ils, un jour, à résoudre ce problème, somme toute primaire,
de savoir concilier les contraires et faire preuve de discernement ?

Chez la plupart des êtres sentients peuplant les diverses constellations,
les enfants dès l’âge de huit ans reconnaissent
et parviennent à contrôler les FOC agissant en eux-mêmes.

Quel âge mental ont les humains ?
Notre collaborateur me souffle à l’oreille qu’ils régressent à ce niveau-là !

Dieu reste discret et recueilli depuis quelques temps.
Honteux ?
Il semble préoccupé, ce qui est suffisamment rare pour le signaler.

Au sujet du jeu des ré-équilibrations, il faut savoir que :
les humains sont restés figés au stade du pré-éveil.
Ils paraissent s’y délecter,
comme si l’évolution de leur race avait atteint son apogée !

Ils n’ont jamais été aussi nombreux sur Terre mais, proportionnellement,
ceux qui s’éveillent et réagissent restent minimes et donc, impuissants.
Tant de souffrances sur cette planète,
pour la jouissance d’une poignée d’entre eux,
jamais repus, toujours à contrôler ceux qui n’ont rien,
et à jalouser les initiatives et créativités des plus démunis.


Article rédigé par Damien Satirus,
le 33 Joute du solstice d’Oracle de l’an 666.



5 commentaires:

  1. Eric,
    Ton texte me rappelle (entre autre) quand je jouais au jeux de rôles notamment In Nomine Stanis / Magna Veritas :
    http://insmv.free.fr/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/In_Nomine_Satanis_-_Magna_Veritas
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En jeu de rôles, ça peut être sympa.
      Mais dans la vie, au quotidien ?

      Salut Thierry (fais gaffe à toi, t'es un créatif, un des rares qui n'usurpe pas ce "titre" d'artiste...)

      Supprimer
  2. Oui, ça serait bien si ce n'était qu'un jeu ...
    Mais, c'est la réalité pure et dure, il faut vraiment se réveiller mais en plus grand nombre !
    ce soir il y avait un sdf à la gare, il demandait un petit quelque chose pour pouvoir prendre le train, une dame l'a rabroué sévèrement et s'est permise de le juger, de le rabaisser, lui disant qu'elle n'avait pas le temps, qu'elle avait un rendez-vous pour ses enfants parce que ses enfants c'était ce qui comptait le plus pour elle.(sous entendu je n'en ai rien à faire de vous !) le sdf lui dit que lui aussi ses enfants sont importants pour lui . Elle lui répond qu'elle ne pense pas qu'il ait des enfants. Lui, si j'ai un fils et une fille. Et bien moi je m'en occupe de mes enfants lui rétorque t'elle. Moi aussi lui dit le sdf ! Non, ce n'est pas vrai vous voulez partir et prendre le train ! Oui, justement pour les retrouver .
    Pourquoi s'est elle permise de lui lancer des phrases aussi méchantes ? Pourquoi se permet-elle de juger quelqu'un qu'elle ne connaît pas ? j'ai vu de la méchanceté chez cette femme. Si on ne veut rien donner, on peut le dire gentiment sans rabaisser l'autre... ta phrase sied à merveille à ce moment de vie : " « Je trouve les humains si lâches mais tant prétentieux,si malléables, naïfs et influençables,mais, en même temps, si imprévisibles et retors, sadiques et butés, qu’ils représentent une sorte de prolongement de ma part d’ombre."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est horrible ce que tu racontes !
      Pauvre gars. J'en ai des frissons.
      Comme tu l'écris : on peut donner ou non, pas besoin d'être méprisant.
      Elle se donne "bonne conscience", cette femme (à mon avis).
      Tant qu'on est pas touché soi-même par les effets pervers de notre système,
      on ne comprend pas. Et on accuse les victimes (de ce système) !
      Oui, c'est de la méchanceté gratuite, que le gouvernement, par ses discours,
      favorise (par exemple, en traitant de "fainéant" ceux qui n'ont plus rien).

      Merci pour ce témoignage Virevolte

      Supprimer
    2. J'ai eu besoin de l'écrire tellement ça m'a perturbée, touchée ...

      Supprimer