samedi 23 décembre 2017

Intelligence, à quoi ça sert ?

Je rebondis sur l’entretien de Hubert Reeves avec Reporterre.
En bref, il dit que l’animal humain n’a pas de prédateur, plus de menace ;
que dorénavant ce qui le met en danger sont ses inventions et excès.
« Money, money », cupidité, etc.

Il constate que l’animal humain est puissant car intelligent.

Pour survivre
(vivre en répondant aux besoins fondamentaux comme
boire, manger, dormir en sécurité et au chaud en hiver),
il n’est pas nécessaire de connaître « la loi de la relativité ».

Pour ce scientifique et auteur, l’intelligence est « mystérieuse »
(puisque non vitale).
_____________________________________________________


Cette publication pour inviter à un questionnement primordial,
selon de plus en plus de scientifiques officiels prédisant le pire :
à quoi sert, à quoi peut être utile l’intelligence ?

En fait, il faudrait commencer par se demander :
qu’est-ce que l’intelligence ?
(À distinguer de « l’intelligence artificielle »)

Néanmoins, allons de l'avant.

L'humain est capable d’intelligence comme peu d’autres animaux
(notamment les dauphins, les orques, les loups, les singes,
les chats et les chiens, sont également intelligents,
bien qu’ils ne construisent pas d’industrie polluante,
ni de bombe ni de voiture asphyxiante).

Que "faire" de notre capacité à devenir intelligent ?
Comment utiliser de façon sensée cette intelligence ?

Pour l’instant, notre "intelligence" nous enfonce dans les profondeurs de la terre
(symboliquement, en enfer).

Notre mode de vie devient un suicide collectif.

Je ne suis jamais parvenu à me contenter de penser
que notre capacité cognitive ne sert qu’à $’enrichir,
« rêver de devenir milliardaire » comme l’a clamé un politicien,
rouler en Porsche et, surtout, détruire l’environnement naturel.
C’est absurde, et cela irait à l’encontre de l’instinct de survie ;
ce qui est improbable, incohérent, débile,
puisque tous les humains comme les animaux
se raccrochent à la vie, par tous les moyens possibles,
même dans les pires souffrances et conditions extérieures.


L’intelligence doit avoir une intention.
Il s’agirait dès lors, en quelque sorte,
de parvenir à "capter" l’intention de l’intelligence.


Si nous ne relevons pas, urgemment, ce défi,
d'utiliser mieux notre intelligence,
il y a fort à parier que,
soit nous disparaissions, fin des hume-anus prétentieux,
soit nous régressions complètement au stade dit primitif
(et recommencions à partir de la basique survie,
dans un environnement dévasté).

Certains supposent que c’est déjà trop tard pour redresser la barre,
d’autres pensent que nous sommes actuellement au point limite,
et d’autres, dont les gouvernants, continuent de cautionner
notamment les multinationales cupides et destructrices.


Notre manière actuelle d'utiliser l'intelligence


Lutte de l’intelligence calculatrice (somme toute limitée à "2 + 2 = 4 voitures")
contre l’intelligence sensible, subtile, en partie irrationnelle.

Lutte de l’avidité égotique contre le sensé.

Quel suspense (malsain) !

* * *  * * *  * * *

Je pense que l’humain doit se dépasser,
se transcender, se sublimer-spiritualiser,
non pas au travers des civilités hypocrites
masquant nos avidité et intempérance barbares,
mais pour devenir des humains humains, au sens plein de ce terme,
ce qui implique la nécessité de penser autrement,
d’élargir notre niveau de conscience,
de développer un état d’esprit différent ;
et de se reconnecter au sentiment du sain,
afin de purifier nos vibrations émotionnelles.

* * *  * * *

Joyeux noyés  Noé  Noël



6 commentaires:

  1. Eric,
    We are toutes des grenouilles qui cuisent en ricannant.
    Idiocratie le film résonne bien avec ton article bien malheureusement.
    Mais bon, c'est Noël !
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pense souvent à ce film, Idiocratie, il m'a marqué.

      Oui, des grenouilles trop occupées,
      et préoccupées par les festivités...
      A + Thierry

      Supprimer
  2. Et oui, on se dit intelligents ! je me souviendrais toute ma vie d'une expo dans un petit musée écologique en vacances, ils avaient symbolisé le temps avec un fil tendu entre des clous et coloré en rouge le fil qui représentait les années d'industrialisation et de destruction de la terre, c'était tellement parlant, un minuscule bout de fil rouge et tout avait basculé, on avait mis si peu d'années pour détraquer la terre, s'était tellement horrible... Tout cela sous prétexte de progrès ! On nous garantissait à cette époque une vie meilleure avec plus de temps pour les loisirs ... On a gagné une terre malade et des gens malades et stressés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Expo qui devait être remuante.
      Psychiquement, nous sommes tous malades ;
      malades de rester hypnotisés par nos soi-disant progrès...
      (Je me rappelle de Tolkien, un autre visionnaire, lorsque les Ents
      se mettent en colère en découvrant la destruction des forêts et des sols,
      alors qu'ils refusaient d'intervenir dans nos affaires...)
      Coucou Virevolte

      Supprimer
    2. Oui, une expo remuante, et oui pour la lobotomisation devant les soi-disant progrès !
      Et, je devais être fatiguée, très fatiguée hier vu le nombre de fautes ! ;)

      Supprimer
    3. Lol, ici, seul le contenu des textes et commentaires importent ;
      fautes pas graves ; c'est la participation qui compte,
      d'autant si l'expression vient du coeur...
      ;))

      Supprimer