dimanche 10 décembre 2017

Satana Sativa

(Etait paru sur l’ancienne plateforme)



Avec la boisson énergisante Cervofeucq
laissez vos collègues de travail sur le carreau,
et épatez vos chefs,
qui n’en reviendront pas de vos dynamisme et détermination.
Prime de fin d’année assurée. Soirées de folie à n’en plus finir.
Cervofeucq, les autres vont vous envier.



Je viens traiter un sujet très peu abordé : les méfaits du cannabis, chanvre, beuh.
(Je veux que mon blog fasse le buzz, or ce sujet semble une véritable mine d’or !)

Idées préconçues véhiculées par les médias :
Les jeunes commencent par fumer un joint, pour finir une seringue dans le bras.
Les jeunes fument et ne veulent pas aller travailler.
Les jeunes fument et deviennent délinquants.
Les jeunes fument et finissent par se suicider.
Si si, la preuve : cela fait, pour le moins, 35 ans,
qu’au minimum une fois par an,
une campagne sur les dangers du cannabis se propage dans les divers médias.

Étrange qu’on y parle si peu de la cocaïne*, dans ces médias.

Le propos n’a pas évolué d’un iota.
Toujours le même thème, les mêmes soi-disant craintes.

Écouter toujours les mêmes reportages, c’est rassurant.

NB : il y a 35 ans n’existaient ni les ecstasy ni le GHB ni le crack, etc.


Dans les faits,
avez-vous déjà entendu qu’après avoir fumé des joints (et rien d’autre),
un homme aurait fracassé le joli visage de sa copine, par exemple ?
Avec l’alcool, le crack, la coke, oui, c’est quotidien.


Des jeunes, des adultes et même des seniors fument des joints.
Dans les faits, au quotidien,
la plupart des fumeurs de joints raisonnables sont des gens comme vous et moi,
qui travaillent, ont une famille, paient leurs impôts, et se distraient.



Il faut tenir compte d’un fait :
de façon générale, les gens boivent de l’alcool,
et certains fument, en plus, des joints.

Savez-vous que la plupart des innombrables articles
ne distinguent pas les fumeurs de joints des polytoxicomanes ?
Lorsqu'ils abordent les méfaits du cannabis,
ils prennent en exemple des zonards qui, certes, fument,
mais aussi boivent, avalent des médocs, sniffent tout, même de la colle.

Du moment où l’on devient dépendant, accro,
à plus d’un produit, il est question de polytoxicomanie.
Lorsque les médias parlent, écrivent, sur le cannabis,
ils taisent l’alcool car ce n’est pas interdit (sauf en conduisant) ;
c’est-à-dire qu’ils ne font ressortir que les soi-disant méfaits du joint.
L’information est donc partielle, tronquée ; elle n'est pas objective.


À tenir en compte :
les jeunes appréciant le cannabis évitent les discothèques,
ces milieux où l’argent coule à flot, comme l’alcool.
Or, il se trouve que c’est notamment dans les discothèques
que des jeunes ne fumant pas de joint prennent des ecstasy,
de la cocaïne, du speed, du GHB, etc.

Les fumeurs de joints se désintéressent de Mère Culture.

Priez pour que votre jeune ne fume pas de joint.
S’il fait des expériences avec l’alcool, le GHB et la coke, pas de souci,
faut que jeunesse se fasse, surtout si vous avez un garçon.
Si votre jeune est une fille, eh ben,
après qu’une dizaine de gars pétés lui soient passés dessus,
elle sera experte, aguerrie, pour vivre dans cette société.


Dieu que doit être diabolique ce cannabis
pour qu’on en parle autant depuis des dizaines d’années,
alors qu’en ce qui concerne la drogue des violeurs (tout est dans le nom),
les amphétamines, l’héroïne, la cocaïne, et toutes les autres, dont les alcools,
et les médicaments circulant également au marché noir
(pas de souci en cas de refus d’ordonnance),
on en parle si peu, voire pas du tout !
À croire qu’ils ne présentent ni effet indésirable ni danger quelconque,
ni dépendance physique, contrairement au cannabis ?
Ah, non, avec le cannabis, pas de dépendance physique.

Mais alors, c’est quoi le problème ?

J’ai beau chercher à comprendre ce phénomène,
cet acharnement contre le cannabis,
la seule explication que j’aie trouvé se résume à :
les fumeurs de joints s’en foutent royalement du rêve américain,
de parvenir à se construire une piscine plus grande que celle du voisin,
de rouler en BMW, de chercher à être le meilleur, à gagner toujours plus, etc.

C'est dingue qu'un beauf d'aspect idéal,
se saoulant et frappant sa femme, parfois les mômes aussi,
méprisant, voire violant d'autres jeunes femmes,
cela dérange moins et même, paraît normal.




Ne surtout pas fumer un joint,
ça fait rigoler. Mauvais ça, en période de "crise" devenue permanente,
de rire et de décompresser, tsss…


Pour conclure,
évidemment que l’idéal reste de ne rien consommer, ni alcool ni joint ni autre drogue,
dont les médicaments neuroleptiques, psychotropes, etc. (qui sont des drogues légales)
Cependant, non seulement nous ne sommes pas des saints,
mais notre mode de vie ne favorise pas un mode de vie sain.

La névrose est la drogue de l'homme qui ne se drogue pas.
Dr A. Janov (psychologue)

Société d’hypocrites névrosés.

______________________________________________________________

Liens
* Coke omerta
* Stock de coke
* Esprit occidental (de la coca, une plante sacrée, à la cocaïne, la poudre du diable)
* Accès par l'émotion (étude du poème Andin de la feuille de coca)
______________________

9 commentaires:

  1. Alors la je vais penser ( avec quelque verre dans le nez)
    Je pense au cannabis au volant c'est très mùauvais pour les refelxe(mais des etudes on était fait?), mais t'as déjà vu un coma a cause de joint, je me rappelle quand j'allais mal, j’échangeai mes somnifère a un pote pour du shit, j'ai fumé de façons quotidien pendant 4 an, au quotidien que se soi l’alcool le shit les medocs, personne ne réagis pareil, quand j’étais au lycée dans ma classe ou j'étais délégué il y avait 3 4 personne qui n'avait pas essayé la shit et pourtant c'est pas devenu des terroriste ou des connards rageux, des violeurs, ou des dealer même. Je pense que si le shit n'es pas légal, c'est parce que sa rapporte plus de tunes en illégal que légal, je connais des gars qui on plus de 40 ans et qui fume du shit, il bosse et il n'est pas méchant, travail a pole emploi...
    Quand tu vois que la red bull est autorisé au mineur...Y'a des questions, ton gamin il va pas boire du café a 10 ans non?

    On passe a la coc, au crack, a l'hero, au LSD, au amphet, a la K, au ghb, au sel de bain ,herbe de synthèse, c'est pas parce que tu a fumé un joint que tu vas violé volé agressé ou même être violent alors que les drogues " dur"...

    Le cannabis sa va te rendre mou, et comme l'alcool, c'est la dépendance...
    Tu préféré allez voir un dealer qui va vouloir faire de la tune, ou tu aura peur des flic, alors que sa serai légal on saurai o moins ce que l'on fume.
    J'ai des antipsychotique donc la tize j'en bois rarement et le shit c'est quand je suis en vacance si tu penses que le gars qui prend de l’héro au taquet va pouvoir se piquer 1 mois par an sans avoir de souci de descente de dépendance?
    Non, l’alcool comme le shit détruit quand c'est tout le jour, boire un bière ne te rendra pas alcoolique, un joint ne te rendra pas tox...Le problème c'est que la bière y'a une étiquette avec le degré d'alcool avec ce qu'il y a dedans, alors que le shit deviens de plus en plus fort(de mon expérience) tu sais pas ce qu'il y a dedans ou si c'est du shit "whisky" ou du shit " bière"
    Voila c'est mon avis, je pense que donner des somnifère alors que j'avais 15 ans par un médecin me fais plus peur que d'avoir fumer quelque temps après!
    https://www.youtube.com/watch?v=KMZLFNYmZn4
    A bientôt et bon weekend sur ce sujet glissant :)))
    Cres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) oui, un sujet glissant. Merci pour ton témoignage.

      Tout est affaire de quantité. C'est l'excès qui détruit.
      C'est la prise régulière qui rend accro.

      L'herbe, sans tabac, et sans autre produit (ni médoc ni alcool ni etc.),
      ne détruit pas.

      J'ai aussi entendu dire que le taux de THC augmente, car comme pour tout,
      ils ajoutent des engrais chimiques. Cela est grave, inquiétant, et dommage.

      Une chose : lorsqu'une personne est fragile psychiquement, angoisse ou schizophrénie ou autres, elle n'a pas intérêt à fumer, ni à boire.

      Pour finir : conduire est dangereux,
      c'est pourquoi il vaut mieux être sobre (de tout, médoc, alcool, shit, etc.)
      Mais, si une personne a fumé un ou deux joints (sans avoir bu ni autre),
      elle peut conduire parfaitement, même si ses réflexes sont un peu ralentis.
      (Quant aux études, comme écrit, il faudrait qu'elles soient menées de façon objectives)

      Salut Cres, j'vais écouter ton lien ;)

      Supprimer
  2. Pour le cannabis, je pense au OMG...
    Et oui, pour moi, fumer c'est ce tirer une flèche dans le pieds ou boire ou ne pas prendre mon traitement rigoureusement (comme pour un asthmatique ou un diabétique).
    Je pense a un ami que je connais depuis le début du collège, qui quand il fume est cool, quand il boit il est cool, par contre, je sais pas pourquoi, les deux ensemble le font devenir violent...
    L’alcool gerbère triste parleur dormeur, on en a tous entendu parler mais le shit,dormeur marrant bavard triste ou angoissé, voila on ne connait une certain type en les voyant et en l'étant.
    Je sais que pour moi les voix se dissipe avec le shit, puis faire son apogée quand j'arrête, ou des angoisses assez paralysante. Si tu es comme moi fragile cela n'arrange rien même si tu as 15 ans et qu'on te dis que cela te soulage(vive les potes de cette époque), je suis schizophrène( j'entre pas dans les détails sa sert a rien), le cannabis n'est pas un médicament, c'est pas une bonne idée de façon addictive de te dire que le shit ne fait pas de dégât, ça m'en a fait des couilles, et même des permanentes....
    Dernière penser, imagines, commence l'alcool avec de la vodka pomme, tu deviendras plus vite accros qu'avec de la bière, je pense que le shit est plus fort maintenant pour rendre plus vite dépendant.
    Bon sujet close pour moi :))
    Bon dimanche et bonne semaine (pas de boulot, hein:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un truc important dans ce que tu écris, Cres : le mélange des produits.
      Lorsqu'une personne boit des bières, par exemple, et fume des joints,
      son corps fait face à deux effets, ceux de l'alcool et du THC,
      et, en plus, un troisième effet se produit et interfère :
      le mélange alcool-THC soit, l'effet chimique découlant du mélange des deux.
      La personne se retrouve sous trois effets, dont elle ne saura quoi provoque quoi...
      Bref, attention avec les mélanges.

      Supprimer
  3. Eric,
    C'est en effet un acharnement thérapeu-médiatique intensif et au final ça finit par rentrer dans le crâne à coup de statistiques improbables.
    Les préjugés se portent bien. On était cette semaine dans un collège avec la conférence spectacle "Stéréotypes, préjugés, discriminations, que dit le droit dans tout ça ?" Ma camarade juriste a eu du fil à retrodre et pas qu'avec les élèves.
    Continuons de sensibiliser ou de désensibiler question de point de vue.
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, "les préjugés se portent bien".
      J'comprends la juriste !!
      Lorsque "le droit" condamne un français ayant aidé un immigrant affamé,
      qu'en penser (ce n'est qu'un exemple) ?
      Continuons, de développer la sensibilité et la conscience.
      Salut Thierry (respect pour tes actions)

      Supprimer
  4. je voulais juste revenir sur l'alcool, quand j'ai attendu mes enfants, il y a de ça 21 et 18 ans, jamais on ne m'a dit qu'il ne fallait plus du tout boire de l'alcool, pourtant cela peut être très grave pour l'enfant. l'alcool, ça m'énerve bien plus que le cannabis, l’alcool détruit des milliers de familles, des milliers de personnes, mais c'est légal !
    je préfère 100 fois mieux avoir affaire à quelqu'un qui a fumé un joint qu'à quelqu'un qui a trop bu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "... l'alcool détruit... mais c'est légal"

      Ce que tu écris (au début) confirme que nous sommes mal informés.
      Salut Virevolte :)

      Supprimer
  5. euh juste avant d'aller dormir, Ogm pas omg...A+

    RépondreSupprimer