mardi 12 septembre 2017

Mystère de l'étoile

Les plus anciennes traces de communication que nous ayons à ce jour,
peut-être aussi d’information, laissés par nos lointains ancêtres,
sont les pétroglyphes, mise à part la transmission orale.

Comme vu précédemment sous « Isthar »,
trois corps célestes, considérés telles des divinités,
étaient souvent gravés, notamment par les Sumériens :
la Lune, le Soleil et une Etoile.


Remarquez l’ondulation des rayons du Soleil (à droite).


Une étoile parmi des millions ou milliards d’étoiles,
laquelle ?

Là réside, pour moi, un mystère :
de quelle étoile s’agit-il au juste ?

Qu’est-ce qui a inspiré nos ancêtres ?

Le plus souvent, « l’étoile » est associée, symboliquement,
à l’étoile du matin, dite aussi l’étoile du berger,
qui n’est pas une étoile mais la planète Vénus.
Cependant, ce sont les Romains,
environ 3'000 ans après les Sumériens,
qui ont nommé cette non-étoile Vénus.

La question demeure : l’étoile, désigne-t-elle Vénus ou non ?

Si la fameuse et mystérieuse étoile désigne Vénus,
cela implique le fait que cette planète soit particulière,
et que nos ancêtres savaient quelque chose à son sujet,
puisqu’ils la considéraient importante au même titre que le Soleil,
mondialement reconnu, et que la Lune, également un symbole universel.


Ce mystère me questionne depuis longtemps,
bien qu’il se formulait (que je l’abordais) autrement.
Il se trouve que le Tarot (de Marseille), comprenant 22 arcanes majeurs,
des images allégoriques, contient trois arcanes figurant des astres :
l’Etoile, la Lune et le Soleil. On retrouve la Trinité suprême. La Trimurti.


Dans le Tarot, il y a au moins six arcanes que je qualifie de cosmique,
mais uniquement ces trois-là nomment et illustrent les choses du Ciel.
En suivant l’ordre numérique des arcanes majeurs du Tarot,
le premier arcane dans lequel apparaît un astre est l’Amoureux (VI).



Dans cette image, on voit un homme entre deux femmes
avec, au-dessus d’eux, un astre brillant d’où semble sortir un ange enfant.
De quel astre s’agit-il ?

Au début, sans vraiment y prêter attention,
je supposais que c’était le soleil (l’astre rayonne, dans l’image).
Mais au fil du temps, j'ai douté que cet astre représente le soleil.

Peu d’astres sont dessinés dans les arcanes.
Il faut attendre le dix-septième pour en voir (hormis celui dans l’Amoureux).

Dans l’arcane XVII, nommé l’Etoile, brillent huit étoiles,
mais l’une d’entre elles est plus grosse, sophistiquée, parfaite et détaillée (effet 3D).



Puis, dans l’arcane suivant, la Lune, on voit clairement un croissant de lune,
avec un visage humain de profil, mais le tout se trouve comme devant un astre brillant.
À nouveau cette question, devant quel astre se trouve la lune ? (Pas de rayon ondulé)



Puis, apparait l’arcane le Soleil.
Notons les quelques rayons ondulés.



Ensuite, sur l’arcane suivant, nommé le Jugement, on voit un astre particulier,
entouré de nuages et d’où émerge un ange, cette fois plus âgé que celui dans l’Amoureux.



Comme précisé, les Sumériens, pour distinguer le soleil de l’étoile,
gravaient des rayons droits pour représenter l’étoile
et des rayons ondulés pour représenter le soleil.
Dans le Tarot, il se trouve que seul le soleil dessiné dans l’arcane au même nom
contient des rayons ondulés.
Suite à cette constatation récente, la question revient et s’impose :
l’étoile (plus grosse) dessinée dans l’Etoile du Tarot,
ainsi que l’astre apparaissant dans les arcanes l’Amoureux, la Lune et le Jugement,
de quoi s’agit-il ?

Une étoile accueillant, hébergeant, des anges (dans le Tarot) ?

Il se pourrait que ce soit la luminosité de la planète Vénus
qui ait inspiré nos ancêtres ; ou peut-être pas.
Voici un extrait copié sur Wikipédia d’où ressortent les particularités de Vénus :
Lorsque Vénus est visible, elle apparaît toujours la première dans le ciel du soir
et disparaît la dernière dans le ciel du matin.
C’est l’astre le plus brillant du ciel, après le Soleil et la Lune.
Cette particularité la rendait utile aux bergers, car ils pouvaient s’orienter
en la voyant : le soir, elle se trouve toujours dans la direction ouest ;
le matin, toujours vers l’est. 
Vénus est la deuxième planète du Système solaire en partant du Soleil. 
Souvent considérée comme la sœur jumelle de la Terre, sa rotation est,
par contre, rétrograde (elle tourne en sens inverse de la Terre).


Cependant, les choses ne sont pas simples, surtout lorsqu’on s'intéresse
aux sujets tabous pour les Eglises des croyances dites « primitives ».

Il se trouve que l’étoile pourrait aussi bien désigner l’étoile Polaire.

Voici un extrait copié sur le site Net univers-astronomie concernant l'étoile Polaire :
Beaucoup de civilisations avaient remarqué que les étoiles tournaient toutes
autour d'une seule : l'étoile Polaire. (...)

Mais à part sa position exceptionnelle dans le ciel, qui est-ce vraiment cette étoile ?
Actuellement, c'est "alpha Umi" qui endosse le rôle d'étoile Polaire.
L'étoile Polaire est-elle toujours fixe ?
Par définition, l'étoile Polaire est l'étoile visible la plus proche du pôle Nord céleste.
Sur une période de 26’000 environ, la Terre effectue ce qu'on appelle la précession
des équinoxes. Ainsi, la direction du pôle Nord céleste change sur une période
de 26’000 ans. En ce moment, c'est l'étoile alpha Umi qui est l'étoile Polaire.
Dans 12’000 ans, ce sera Deneb du Cygne, puis 12’000 ans plus tard,
ce sera Véga de la Lyre.
L'étoile Polaire n'est donc pas toujours fixe,
et elle change sur une période imperceptible à l'échelle humaine.



Le mystère de l’étoile reste entier.
Etoile du Matin (Vénus) ou étoile Polaire ou une autre ?

Voici, pour terminer, un extrait de la symbolique de l’étoile, en particulier de l'étoile Polaire,
tiré du dictionnaire des symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant :
(Pour les Natifs d’Amérique) Dieu de l’Etoile Polaire (…)
L’étoile polaire joue dans la symbolique universelle un rôle privilégié,
celui de centre absolu autour duquel, éternellement, pivote le firmament. (…)
C’est par rapport à la Polaire que se définissent la position des étoiles,
celles des navigateurs, celles des nomades, des caravaniers (…)
Elle est appelée en de nombreuses régions d’Asie et d’Europe,
pieu, moyeu, nombril, centre organique, étoile ombilicale du Nord (…),
pilier du monde, ouverture vers d’autres mondes (…)

Pour ma part, autant mon cœur que mon instinct penchent pour l’étoile Polaire,
le nombril de l’univers puisque toutes les autres étoiles tourneraient autour d'elle,
qui nous apparaît fixe dans le firmament.



3 commentaires:

  1. Eric,
    Passionnant, même si je reste à la surface du plafond céleste. Modeste terrien qui tente de l'élever. Merci pour le partage.
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :))
      Ciao Thierry-la-Fronde (qui lance des pierres de rêves)

      Supprimer
  2. En me couchant, hier soir, je me suis rappelé que
    cela fait plus longtemps que l'"étoile" me questionne :
    bien avant de voir un Tarot, j'étais encore prépubère,
    la BD de Tintin "l'étoile mystérieuse" m'avait angoissé et laissé
    avec un sentiment d'étrangeté.
    Je ne pigeais rien à l'histoire (il faudrait que je la relise, après 40 ans !),
    je me souviens d'une île avec des champignons qui grossissaient et qui agressaient Tintin et Milou...
    :)
    Sacrée étoile

    RépondreSupprimer